Jeune public
en 1 coup d'œil
plus en détail

Era Ieri

de Beatrice Baruffini et Agnese Scotti  

Un voyage dans le temps à travers une sorte de paléontologie théâtrale en prise avec les armes de la science du théâtre et de l’imagination.
 mémo  Sa 7 avril 17h00
 mémo  Di 8 avril 11h00
Théâtre / dès 3 ans
45 min. / IT

Théâtre du Pommier

Tarifs jeune public
Enfant, adulte 15.– / Enfant et adulte en achat groupé 13.– (voir conditions)

en complément


Site du Teatro delle Briciole

en lien avec cet événement

Era Ieri

de Beatrice Baruffini et Agnese Scotti  

Mise en scène Beatrice Baruffini Jeu Beatrice Baruffini et Simone Evangelisti Scénographie Andrea Bovaia Lumière Emiliano Curà Costumes Patrizia Caggiati Régie générale Dario Andreoli Musique Mario Asti, Valerio Carboni Compagnie Teatro delle Briciole (IT)
Un os est exhumé et on découvre qu’il appartient à un Apatosaure, un dinosaure qui a vécu il y a plusieurs millions d’années. L’animal prend vie et nous entraîne dans un voyage vers le passé, jusqu’à une époque où les couleurs sur terre étaient rares, où le climat changeait brusquement et les dinosaures dominaient. Personne n’est capable d’affirmer avec certitude de quelle couleur était la peau des dinosaures, quels bruits ils émettaient et pourquoi ils ont disparu. 160 millions d’années représentent un temps très éloigné. Cette distance abyssale nous a permis de nous pencher sur le passé à travers d’innombrables théories scientifiques, tout en nous donnant la possibilité d’en privilégier certaines et d’en rejeter d’autres.
 
«De nombreux débats sur les causes de l’avènement et du déclin des dinosaures ont eu cours. Pourquoi? Deux cent millions d’années ne suffisent-elles pas pour asseoir la domination d’une famille, et une centaine de millions d’années pour la tyrannie des géants? Aujourd’hui, l’Olympe n’est-il pas désert et le Parthénon n’est-il pas une ruine? Pourquoi imaginons-nous que la moindre lignée d’êtres vivants puisse être immortelle? Tout le monde sait que tout ce qui est mortel finit par mourir (...) Les familles finissent par s’éteindre, à l’instar des nations et des races; c’est ainsi que disparurent également les dinosaures. (...) La grandeur va et vient, et avec les dinosaures, s’est conclue une grande période de créativité dans l’histoire de la vie: la période baroque de la zoologie.»
Fritz Kahn, naturaliste sceptique et perspicace
 
«Les os se cachent sous terre parce qu’ils sont précieux et parce qu’ils pensent ainsi être plus beaux à découvrir. Si on les laissait à la surface, une personne sans cervelle risquerait de passer et de les voler.» «Les dinosaures possèdent un cerveau, mais ne l’utilisent pas.» «Je n’ai pas envie d’entendre d’histoires sur les dinosaures. Elles me font peur. Si tu le portes sur ton dos, il te brise les os et il te les laisse là sans les mettre en dessous.»
Enfants de 4 et 5 ans, sceptiques et perspicaces
2018.04.07_era_ieri01_cmjn.jpg2018.04.07_era_ieri02_cmjn.jpg2018.04.07_era_ieri03_cmjn.jpg